Ralentir

C’est le début du printemps. Les arbres bourgeonnent, les fleurs sortent leurs petites couronnes de pétales, les gens sourient dans la rue, la lumière reste avec nous longtemps, bref, la vie reprends.

C’est aussi la saison du bois en Médecine Chinoise traditionnelle. La saison du vent et du mouvement, de l’ambition, de la colère. Il fait si bon de sortir et courir dans la forêt, de reconnecter avec cette nature en éveil. De bouger les jambes, là où justement passent les méridiens du foie et de la vésicule biliaire, associés à l’élément du BOIS de la théorie des 5 éléments. Tout comme le mouvement est important, le repos fait partie d’un équilibre sain afin de nous permettre d’avoir cette énergie pour bouger à travers les montagnes.

Voilà pourquoi je suis inspirée à vous écrire aujourd’hui.

C’est ok de se reposer.

C’est ok de relâcher l’armure de combat.

De se dénuder d’ambition.

De se lover dans les couvertes et dormir.

Les matins de soleil, de ciel bleu sont parfois fait pour rester à faire la grasse matinée. C’est aussi bien de choisir une pratique beaucoup plus yin au yoga quand on entre dans une saison très dynamique et yang. Il n’y a aucune honte à manquer un entraînement pour avoir un peu plus de sommeil. Il n’y a aucun mal à prendre la posture de l’enfant dans une pratique dynamique…juste pour sentir ton souffle à nouveau. Même dans un entraînement à haute intensité, il vaut parfois mieux ralentir et faire les mouvements comme il se doit. Qualité versus Quantité.

Nous sommes constamment appelés à être efficients, meilleurs, à viser toujours plus loin, adoptant un rythme de vie effréné. Et tout ça pourquoi? Pour être meilleur pour qui? Pourquoi? Dans cette quête d’avoir toujours plus, c’est facile de tomber dans le piège de chercher ce que l’on a besoin à l’extérieur. Pourtant…

C’est important de se lancer des défis, car ceux-ci nous sortent de notre espace de confort, mais aucun de ces défis si bien relevés ne nous apportera satisfaction si nous ne donnons pas à notre âme & corps du repos.

Vous n’êtes pas obligés de passer toute votre vie à chasser un statut social, de l’argent, l’accomplissement et le succès matériel.

Vous avez déjà mené une grande bataille pour vous rendre où vous êtes, j’en suis sûre…. et si vous êtes encore entrain d’essayer, c’est ok de vous reposer un moment avant de continuer…

Un équilibre yin et yang…. Cultiver l’introspection, la méditation. Donner à votre âme quelque chose qui puisse la nourrir….Des rires partagés avec des amis, par une après-midi de nonchalance….Un livre à dévorer sous un arbre…. des siestes à l’orée de la lumière douce des persiennes à demi fermées….une randonnée relaxe, sans course :) , dans la nature. Contempler la forêt, yin yoga, massothérapie des jambes, acupuncture, marches de méditations…

Voilà…. C’est mon message pour aujourd’hui…. lovez-vous bien dans votre hamac, bon repos.

Carolina

Photo crédit: Jan Luxcey

Photo crédit: Jan Luxcey

Magic

Just a little thought for the people that are outside, in the streets, every day of the year, but particularly today. A little prayer. An intention of tenderness.

A little thought for the senior people that are alone in their room.

To the kids that are spending this night at the hospital and their parents.

One for the people that are simply alone, with their family far away. A thought for you that doesn’t have your kiddo cause its not your week-end.

A little thought for you that doesn’t feel like posting an instagram pic of a Christmas tree, haha, yep!

Or simply doesn’t like the classic same Christmas song that are everywhere.

To all of you, that feel different. To all of us that live the struggle, and just wanna hide during this period of time.

Well….let’s just take a deep breath…together. Being a part is the biggest illusion of these days, cause we are all in the same boat, maybe experiencing life differently but at the end of the day, essentially the same…so please, breathe in and let go of the anxiety, let go of the stress, of the endless wish list, and just enjoy your breath. One at the time.

Since when a holiday is so important that she influences you to stop breathing? go into debt? loose your marbles?

I feel like I wanna make my own definition of this Holiday. I wanna celebrate my friends. My mom. My dad. My mentors. My teachers. I wanna look into your eyes and say I see you. I see your struggle, your victories, your sadness, your laughters, I see you and I love you.

I wanna slow down and treat my body with softness, play with a light spirit, like a child. I wanna connect with the full expression of my breath.

Since young we’ve been taught to have a wish list, do you remember your letters to Santa Claus? haha Today, its all about the intentions, and don’t get me wrong, intentions are essential. But coming back to that wish list, what I didn’t realize when younger, is that a wish list exists cause there’s a certain emptiness, a hole to fill in. What if all of this wishing isn’t adequate anymore?

What if we stop looking to life through the lens of need and wishing? What if all we need is already here?

What if the only thing we really need is to be seen, recognized by another heart? What if the only thing we really need is to see ourselves through the lens of love, compassion and acceptance? What if the best gift to give yourself is to unplug and sit, alone, hear your breath……

IMG_0574.jpg

What if this holiday is nothing else than taking the time to sit with your favorite people in the world and share a moment together….Communion face to face, not behind the screens. So If you have favorite humans and they are reachable, reach out. Go, take your arms around them and become the best Christmas hugger.

If you don’t have anyone, let me tell you, you are not alone, even if all the physical circumstances make you believe that, its not real. Sometimes our brains are not trustable and when we really take a good look, there’s always someone to see us. Maybe nothing is like we planned. Maybe nothing is perfect. Maybe we are not where we wanted to be. But at the end, thats just the brain chitchatting inside of your head.

The biggest distance sometimes is to walk from the head to the heart, and that’s the path to real happiness. So dive into your heart, close your eyes and free fall…..and you’ll find that you’re not alone, really, your heart is there.

Merry Christmas to all of you.

Love

Caroxx

Viens. Assieds-toi. Respire.

Dimanche. Seule journée de congé de la semaine. Et devinez quoi? Bien que récalcitrante à passer ma seule journée libre de la semaine à m’asseoir, je me suis inscrite à Présence Méditation, un studio de méditation dans le Mile-end, où je vais de façon régulière pratiquer mon sens de l’observation de moi-même, hehe. :) Chaleureusement accueillie par le professeur, il nous a introduit un peu au programme de la journée, 5 heures de pleine conscience, dont une heure pour dîner. La dernière heure serait une méditation Maîtri, une pratique qui ouvre le coeur.

Je me suis donc pointée au studio, un peu la semaine dans le corps, légèrement nerveuse à l’idée de m’asseoir aussi longtemps pour méditer car je crois que le plus longtemps que j’ai pratiqué, à date, c’est 1 heure… J’ai alors choisi mes coussins, je me suis étirée un peu, et j’ai assis mes deux fessiers sur le beau coussin rouge et jaune. S’asseoir est un art en méditation. Il faut se sentir vraiment confortable au max…Donc, les genoux plus bas que les hanches, la tête bien centrée avec la colonne, les épaules relaxes, je crois que l’assise doit être “sweet”, douce. Bien supportée avec d’autres coussins en dessous de mes cuisses, me voici comme un petit chat, perdu dans les coussins, confortable, prête.

C’est alors qu’il fait appel a son bol magique pour faire ce son si particulier qui initie le début du voyage.

Et je ferme les yeux.

Au début du voyage, la première heure, je crois que j’ai lutté, comme jamais, avec mon cerveau. Sur le ring, il y avait moi et mes pensées. Un coup je pense à la liste de choses à faire, ensuite je pense à la belle photo inspirante d’instagram, ensuite mes pensées vont vers quelqu’un spécial dans mon coeur, pour revenir à ce que je vais manger ce midi, je soupire alors d’exaspération. Je me rappelle où je suis et que je dois observer mon souffle sinon à quoi bon tout ceci, ahhhhh, dans quoi je me suis embarquée!!!! ( tiens une autre pensée)…. C’est ainsi durant au moins les premières soixante minutes. C’était une soudaine prise de conscience du trafic constant sur l’autoroute de mon cerveau. Je me suis souvenue par la suite, que tout ce que j’avais à faire en fait, c’était de revenir à ma respiration simplement. Donc, constamment, je reposais mon focus sur le léger son du souffle de mon guide et le mien, j’étais alors capable de faire la différence entre mes pensées et le ressenti de ma respiration. Il y avait maintenant deux entités, une qui observait la respiration et l’autre qui était comme une balle de pingpong de pensées. Et plus je dirigeais mon focus sur la respiration, plus celle-ci devenait profonde, légère dans mon ventre. La tension sur mon visage se dissipait, je sentais mon front relaxer enfin, les muscles de mes yeux s’assouplir. Comme une danse constante entre mes pensées et la redirection de mon attention, comme des vagues; la danse de la mer.

Durant un moment, dont j’ignore la durée, je me suis sentie plongée au plus profond de mon coeur. Un sentiment très difficile à décrire, un peu comme une chute libre vers l’intérieur, ressentir les battements de son coeur plus intensément. Je suis devenue de plus en plus consciente de mon corps, une nouvelles sensibilité avait pris naissance, mes mains étaient si lourdes qu’on dirait qu’elles flottaient. Et puis, dans le silence, j’ai entendu une voix qui murmurait “ deviens amie avec ton souffle” . C’était doux murmure. C’était une présence bienveillante, une chaleur, un baume. J’ai voulu m’agripper à cet instant, cependant, très rapidement j’ai pensé. Il me fallait revenir encore aux inspirations et expirations. Respirer. Relaxer. Ressentir. Observer. Permettre. Une journée complète. Avec le coeur en expansion à des km à la ronde. Un ventre heureux de respirer. Des larmes de relâchement. Inspire. Expire. Ahhhhh. Gratitude.

La méditation est devenue pour moi un moyen de reconnecter avec mon coeur. Il y a tant à dire, à vivre, à aimer, à guérir. Je ne suis qu’au début de ma quête, au début de ce long voyage, mais ça me fait tellement grandir que je ne peux garder le silence sur le sujet. J’ai envie de vous le partager, peut-être qu’on peut s’aider à voyager?

Voilà que le son signifiant la fin de la méditation sonne. J’ouvre les yeux.

Carolina Alegria

Photo by Jama Media

Photo by Jama Media

IMG_0206.jpg